Rechercher

Imprimer

Compléter les demandes exposées est indispensable. Deux types d’interrogations successives et complémentaires s’imposent : 

• Les questions ouvertes : Elles sont formulées pour permettre une large expression, afin d’obtenir le plus d’informations possible en un minimum de questions en prenant en compte le contexte du patient.

Ex : « Que vous arrive-t-il ? », « Comment l’expliquez-vous ? »… 

• Les questions fermées : Par leur réponse affirmative ou négative, elles permettent de compléter et préciser les informations recueillies pour affiner le conseil pharmaceutique.

Ex : « Est-ce bien pour vous ? », « Êtes-vous allergique ? », « Prenez-vous d’autres médicaments ? »… 

Compléter les informations recueillies par la consultation de l’historique déjà présent ou issu du Dossier Pharmaceutique optimise la démarche. 

appso_110545871

Selon l’arrêté relatif aux bonnes pratiques de dispensation des médicaments, « le niveau d’informations à recueillir est à adapter en fonction de chaque situation et du ou des médicaments à dispenser » et « en cas de demande d’un médicament de prescription facultative,  le pharmacien s’assure qu’il dispose des informations suffisantes pour pouvoir le dispenser en toute sécurité. »

« Le pharmacien peut recueillir dans le dossier médical personnel (DMP) mais également auprès du patient (…) les résultats des analyses biologiques, les états physiopathologiques, les antécédents pathologiques, (…). De plus, le dossier pharmaceutique (lorsqu’il existe) permet au pharmacien d’assurer une analyse pharmaceutique plus exhaustive, prenant en compte l’ensemble des médicaments délivrés avec ou sans prescription médicale, enregistrés dans le dossier pharmaceutique.

Le niveau d’informations à recueillir est à adapter en fonction de chaque situation et du ou des médicaments à dispenser. »