Éditorial

Imprimer

L’organisation de notre système de santé garantit à tous les malades et usagers la continuité de l’accès aux soins, à proximité de leurs lieux de vie ou de travail. Ces soins de premier recours définis dans le respect d’exigences de qualité et de sécurité, sont l’oeuvre de tous les professionnels de santé dont les pharmaciens.

Ainsi, l’article 38 de la loi n° 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires, a créé l’article L. 5125-1-1 A du code de la santé publique (CSP), qui dispose que le pharmacien doit contribuer aux soins de premier recours. L’article 36 de cette même loi évoque que le conseil pharmaceutique, au même titre que la dispensation, fait partie intégrante de l’offre de soins de premier recours (Art. L. 1411-11 du CSP)

Cette offre de soins proposée par tous les professionnels de santé, chacun en ce qui le concerne, comporte également et notamment : la prévention, le dépistage, le diagnostic, le traitement, le suivi des patients, l’orientation dans le système de soins, l’éducation pour la santé, l’administration des médicaments.

Dès lors il apparaît nécessaire de formaliser et d’harmoniser la pratique pharmaceutique en priorisant le service rendu aux millions de personnes qui, chaque jour, franchissent sans prescription le seuil des officines. Tour à tour souvent, simultanément parfois, ces personnes sont patients, clients, usagers voire consommateurs. Elles sont dans l’attente légitime d’un service rendu ou d’un conseil donné avec professionnalisme par les pharmaciens qu’elles sollicitent en toute confiance.

Faisant l’objet d’un large consensus professionnel, ces préconisations seront suivies par tous les pharmaciens qui souhaitent garantir à leurs interlocuteurs une réponse optimale à leurs problèmes de santé sans « perte de chance » dans leur parcours de soins. Elles sont complétées par le rappel de certaines obligations professionnelles, formalisées par la référence juridique dont elles sont issues.

Ce site s’adresse, en fonction de leurs responsabilités propres, aux pharmaciens, « professionnels de la santé » pour qui l’ensemble des sujets abordés est majoritairement connu et bien maîtrisé. Il a pour principale vocation de structurer les connaissances acquises, d’optimiser les réponses apportées, d’homogénéiser les méthodes et de rappeler les mesures spécifiques à mettre en oeuvre.

Des animations, des tests de lecture et des quiz sont proposés dans une approche résolument attractive pour s’assurer de leur appropriation

XAVIER DESMAS
Membre du Conseil National,
Président de la Commission Exercice Professionnel