Requêtes patient - Introduction

Imprimer
Requêtes patient

Ces demandes sont à l’initiative d’une personne se présentant à l’officine pour requérir une intervention pharmaceutique. Pour une réponse optimale, elles devront être traitées dans le respect du comportement ci-dessus défini. Cette personne prise en charge dans l’officine sera appelée, en fonction de la demande formulée, tantôt «patient», tantôt «personne». Si l’interlocuteur n’est pas la personne directement concernée, le dispensateur lui fournira ce qu’il estime nécessaire pour une bonne transmission des informations liées à sa réponse.

Selon l’article L. 1411-11 du CSP (Art. 36 de la loi HPST) : «l’accès aux soins de premier recours ainsi que la prise en charge continue des malades sont définis dans le respect des exigences de proximité, qui s’apprécie en termes de distance et de temps de parcours, de qualité et de sécurité…
Ces soins comprennent :
1. La prévention, le dépistage, le diagnostic, le traitement et le suivi des patients ;
2. La dispensation et l’administration des médicaments, produits et dispositifs médicaux, ainsi que le conseil pharmaceutique ;
3. L’orientation dans le système de soins et le secteur médico-social ;
4. L’éducation pour la santé.

Les professionnels de santé,… concourent à l’offre de soins de premier recours en collaboration et, le cas échéant, dans le cadre de coopérations organisées avec les établissements et services de santé, sociaux et médico-sociaux.»

L’article L. 5125-1-1-A (Art. 38 de la loi HPST) dispose que : «Les pharmaciens d’officine contribuent aux soins de premier recours» tels que définis ci-dessus.

L’article R. 4235-62 du CSP précise :«Chaque fois qu’il lui paraît nécessaire, le pharmacien doit inciter ses patients à consulter un praticien qualifié.»

Depuis le 1 décembre 2016, a été publié au Journal Officiel, l’arrêté relatif aux bonnes pratiques de dispensation des médicaments dans les pharmacies d’officine, les pharmacies mutualistes et les pharmacies de secours minières, mentionnées à l’article L.5121-5 du code de la santé publique.

Tous les pharmaciens, ainsi que les étudiants munis d’un certificat de remplacement doivent s’y conformer.