En raison de manifestations consécutives à la prise d’un médicament

Imprimer

CONTEXTE

Le patient se présente à l’officine exprimant une plainte pouvant être rattachée à la prise d’un médicament.

RÉPONSES À APPORTER

Le pharmacien, après s’être renseigné sur les données physiopathologiques du patient, dresse un bilan de médication permettant de reconstituer :
• l’historique récent de l’ensemble des médicaments pris,
• les quantités administrées,
• les horaires de prise,
• les motifs,
• l’origine (prescription, médication officinale, automédication).
Après analyse, sa décision sera :
• d’orienter vers les services d’urgence,
• d’orienter vers un médecin. Dans ce cas, d’éventuelles mesures transitoires peuvent être nécessaires (suspension du traitement, surveillance particulière…)
• de prendre en charge totalement le patient, en lui proposant une adaptation de posologie, de plan de prise, une médication substitutive ou complémentaire, des conseils hygiéno-diététiques…

appso_139834708

MESURES SPÉCIFIQUES

« Le pharmacien ayant eu connaissance d’un effet indésirable grave ou inattendu susceptible d’être dû à un médicament ou produit… qu’il a délivré, le déclare aussitôt au centre régional de pharmacovigilance ».
(Art. R. 5121-170 du CSP)

Fiche de déclaration et coordonnées des Centres régionaux de Pharmacovigilance sont disponibles sur le site de l’ANSM et sur différents sites de l’Ordre national des pharmaciens.

Les numéros de téléphone des services d’urgence et du centre antipoison seront répertoriés et aisément accessibles.
Au-delà de cette déclaration obligatoire, il est conseillé au patient de prévenir son médecin traitant.