Reconnaissances : mycologie et identifications en tout genre

Imprimer

CONTEXTE 

La personne se présente à l’officine pour une reconnaissance mycologique ou une identification d’espèces animales ou végétales. 

RÉPONSES À APPORTER 

Le pharmacien ne se prononcera qu’en cas d’identification formelle. En cas de doute, la prudence doit prévaloir. Le pharmacien refusera l’identification d’un échantillon incomplet ou mal conservé. 

MESURES SPÉCIFIQUES 

Le pharmacien veillera à se doter d’une documentation suffisante (ouvrages, sites Internet d’identification) et ne doit pas hésiter à solliciter l’aide de tiers expérimentés (confrères, sociétés mycologiques, facultés, Centre Anti-poison …).
Afin de se constituer une base documentaire illustrée des espèces rencontrées localement, il est utile de photographier et d’archiver les échantillons présentés et identifiés, ainsi que les conseils prodigués.
Les numéros de téléphone des centres de références (centres antipoison, centres de toxicologie, sociétés mycologiques, etc) doivent être facilement accessibles.