Traumatisme ou malaise

Imprimer

CONTEXTE 

Le patient se présente à l’officine suite à un traumatisme corporel (plaie, brûlure, hématome…), psychique (choc émotionnel…) ou lors d’un malaise afin d’obtenir les premiers soins nécessaires. 

appso_105825584

RÉPONSES À APPORTER 

Le pharmacien prend en charge prioritairement ce patient et évalue la situation. Il conviendra, selon le niveau de gravité : 

d’alerter ou faire alerter immédiatement les services de secours dédiés 

• 15 : SAMU 

• 18 : pompiers 

• 112 : numéro gratuit d’appel européen d’urgence depuis un téléphone fixe ou portable (GSM, mobile) ; 

de placer le patient dans une position d’attente

garantissant sécurité ou confort jusqu’à l’arrivée des secours en préservant son intimité tant que faire se peut ; 

de le diriger dans un espace garantissant les meilleures conditions

pour prodiguer un soin dans la limite de ses compétences. 

MESURES SPÉCIFIQUES 

Toute intervention du pharmacien doit conduire à l’enregistrement et à l’archivage des détails de son action : nom de la victime, orientation éventuelle vers un professionnel de santé, nature de l’intervention, gestes effectués, médicaments utilisés ou administrés, déclaration du statut vaccinal, etc… Pour ce faire, un recueil écrit spécifique doit être disponible en permanence. La formation initiale obligatoire (type AFGSU : Attestation de Formation aux Gestes et Soins d’Urgence), doit être régulièrement actualisée et proposée à l’ensemble de l’équipe officinale, afin d’assurer la présence permanente des compétences nécessaires. La mise à disposition d’un Défibrillateur Automatique Externe (DAE) est fortement recommandée. Elle doit s’accompagner des formations adaptées pour en optimiser l’utilisation. L’arrêté du 16 août 2010 publié le 1er septembre 2010 en fixe les modalités de signalisation dans les lieux publics. La maintenance et la matériovigilance doivent être assurées. A défaut, chaque membre de l’équipe officinale doit connaître l’emplacement du DAE le plus proche et prendre toute mesure afin de permettre son utilisation la plus rapide possible. 

CONSEILS 

Le pharmacien doit être vigilant aux risques infectieux liés à l’activité de soins et s’en protéger en utilisant du matériel adapté : gants et/ou masque, désinfection des surfaces, réceptacle dédié, etc.